Au début de la téléphonie mobile, les terminaux étaient équipés d'une batterie amovible, qui, une fois retirée, interdisait à l'appareil de photographier, enregistrer et communiquer. Alcatel avait même, à la fin des années 1990, développé un modèle qui permettait de la remplacer par des piles, s'il n'était pas possible de la recharger sur secteur. Un tel modèle était idéal pour traverser des zones peu peuplées et se protéger d'une écoute indiscrète.

Dans la seconde décennie du XXI°s, sont apparus des téléphones beaucoup plus minces, car équipés d'un écran tactile et d'une batterie fixe. Or, si ces derniers ont l'avantage de se glisser facilement dans une poche, ils sont moins contrôlables que leurs ancêtres. L'écran tactile impose une gestion par logiciel du mode sans émission, dit "mode avion", ce qui le rend piratable, et la batterie fixe interdit la possibilité de ne plus alimenter l'appareil. Ainsi celui-ci peut rester en permanence connecté, même s'il semble indiquer le contraire ("éteint" ou en "mode avion").

Face à ce constat, une solution radicale existe : se passer du téléphone mobile. Hélas, deux institutions nous en empêchent : les Finances Publiques et les Banques. Depuis moins d'une dizaine d'années, l'Etat impose la déclaration en ligne et le réglement des impôts et des amendes par voie électronique, obligeant ainsi le citoyen à investir dans un ordinateur et un abonnement à Internet. Les Banques ont durci leur dispositif de sécurité pour les transactions financières dématérialisées, et demandent un numéro de téléphone portable pour communiquer les codes de sécurité lors de l'ajout d'un bénéficiaire pour les virements ou l'achat par carte bancaire.

Le Français doit  donc avoir un téléphone portable et un accès à Internet. Le smartphone répond aux deux contraintes, et il va sans dire que, passer d'une population de professionnels ambulants à la totalité de la population d'un pays, demande des infrastructures énormes (satellites, câbles sous-marins, FTTH, 5G, etc.) pour permettre aux millions de messages par seconde de traverser la France toute entière, qui, avec ses départements et territoires d'Outre-mer, s'étale tout autour du globe.

Nous nous retrouvons obligés de fait, de porter sur nous un appareil qui voit, entend et communique, sans pouvoir l'arrêter quand bon nous semble. Et, cet espion latent a déjà ses lettres[1] de noblesse. Heureusement, depuis le XIX°s l'humanité a la connaissance nécessaire pour museler ce condensé de nouvelles technologies, dont les fondamentaux sont les ondes hertziennes.

Le 29/08/1831, Michael Faraday démontre que la charge électrique d'un conducteur se situe uniquement à l'extérieur d'un conducteur et n'a aucun effet à l'intérieur. Cette propriété est utilisée de nos jours dans les blindages électromagnétiques. D'où, en enfermant un téléphone dans une enceinte composée d'un conducteur, son rayonnement restera confiné, et ceux des antennes extérieures ne l'atteindront pas.

Cependant, au XIX°s, pour réaliser une telle enceinte, il fallait construire une cage : une cage de Faraday, Mais depuis le 27/10/1910, le brevet de Robert Victor Neher, nous offre un moyen économique et très facile d'isoler un téléphone cellulaire : la feuille d'aluminium ! En emballant un téléphone dans une feuille d'aluminium et en prenant bien soin qu'il n'y ait aucune ouverture, vous isolez votre espion de poche : il ne pourra plus recevoir la moindre onde, et ses émissions resteront à l'intérieur de l'emballage.

Une façon simple de tester l'efficacité du blindage, est d'appeler votre appareil à partir d'un téléphone fixe, par exemple. Si la boîte vocale décroche et que vous n'avez pas entendu la moindre sonnerie, alors votre terminal mobile n'est plus joignable. Les photos ci-dessous vous montrent les étapes d'un conditionnement efficace. Elles sont complétées par un descriptif du mode opératoire à suivre.

Mode opératoire :

  1. Prenez une feuille d'aluminium de 45 à 50 centimètres et posez votre téléphone sur le bord gauche, dans la partie centrale de la feuille.
  2. Pliez la feuille jusqu'à ce qu'elle recouvre entièrement le téléphone.

  3. Faites un rabat qui laisse entrevoir partiellement le téléphone.
  4. Enroulez le téléphone en marquant chacun des plis, sur toute la longueur de la feuille.
  5. Prenez la partie inférieure et recouvrez le téléphone.
  6. Faites en de même avec la partie supérieure.
Une fois le blindage réalisé, appelez votre téléphone depuis une ligne fixe ou d'un autre terminal. Vous ne devez entendre aucune sonnerie et au bout d'un certain temps, la boîte vocale du smartphone se déclenchera. Si ce n'est pas le cas, marquez bien les plis et faites à nouveau le test.
Votre téléphone peut maintenant vous accompagner sans vous espionner. Attention, il ne reçoit plus d'appel aussi. Pour l'utiliser de nouveau, il vous suffit de le déballer méticuleusement, afin de pouvoir réutiliser la feuille d'aluminium.

Bonne expérience.