Août 2021 - Agapé

Agapé (ἀγάπη) désigne en grec l'amour divin inconditionnel. C'est lui que l'on retrouve dans le commandement de Jésus Christ Aimez-vous les uns les autres. Force est de constater que de nos jours, ce principe est tout simplement sacrifié sur l'autel de la rentabilité financière. Trois billets ont été sélectionnés pour vous offrir vingt minutes de réflexions sur des comportements humains actuels sur ce thème.

Si vous souhaitez débattre sur ce thème, inscrivez-vous sur le forum.

Bonne lecture

Le chefaillon
La loi n° 2014-873 du 4 août 2014, a remplacé la notion de "bon père de famille" des textes législatifs, en respect de "l'égalité réelle entre les femmes et les hommes", par "raisonnable" ou "raisonnablement" : la notion retenue étant alors "la conduite soucieuse des biens et des intérêts confiés". Comme un homme n'est ni un bien, ni un intérêt, le gérant d'une SARL n'est plus soumis à la dimension morale du mot père, à savoir : celui qui s'engage, pour les siens. L'ombre de l'humain disparaissant des statuts au profit du capital (les biens) et de la rentabilité (les intérêts), le chefaillon prend les rênes de l'entreprise.

Quand l'humain devient Capital
Le progrès social est défini comme étant la recherche d'une amélioration des conditions de vie de l'être humain par un changement dans l'organisation sociale. Il est souvent associé au progrès technique, qui, lui, marque l'évolution de l'Etat de l'art. Mais ces deux notions ne sont pas équivalentes. En effet, si les systèmes de défense anti-aérienne sont de véritables bijoux de technologie, en aucun cas, ils n'améliorent les conditions de vie des passagers des avions de ligne qu'ils abattent par erreur. Cet exemple semble extrême, mais pourtant, nous assistons bien à un remplacement de l'homme par la machine, sur un fond de confusion entre progrès social et technique.

Sollitude
La plupart d'entre nous avons peur de la solitude. Peut-être parce qu'elle est vécue comme une forme de mort : la mort sociale ? Nombreux sont ceux qui la fuient en voulant appartenir à un groupe, une équipe, un clan ... Et pourtant, pour le solitaire, la solitude est une richesse. Elle lui permet de méditer, créer et découvrir ses limites, tout en acceptant la collaboration et l'altruisme.