Celle-ci commence par la destruction de notre étoile, le Soleil, qui libère une énergie extraordinaire à l'origine de toutes les autres terrestres.

Nous lui devons le cycle de l'eau qui irrigue les terres émergées et les érodent ; et le rayonnement qui est capté par les plantes lors de la photosynthèse et brûle les peaux.Nous lui devons aussi le vent qui favorise la migration des végétaux et dévaste les lieux de ses tornades. Les sols irrigués et ensoleillé sous une brise légère offrent le terreau propice d'une flore coloniale, dont les nouvelles semences se nourriront des corps de leurs ancêtres. Dispersée parmi les plantes, la faune entame son exploration. Elle mutile et tue la flore, voire s'entretue elle-même.

L'homme, principalement composé d'eau, se redresse alors du singe, cueille, chasse, et brûle. Il va jusqu'à construire des machines, qui, comme lui, ne sont animés que par la destruction.

Bref, tel un sōzu, notre planète enchaîne inlassablement, cycle après cycle - et ce, jusqu'à ce que la clepsydre qui l'alimente ne se tarisse - des animations, dont les reportages de cette catégorie en décrivent quelques facettes.

La Réunion

Mayotte

Les Terres Australes et Antartiques Françaises

La Polynésie

Les Antilles